Pourquoi ma relation amoureuse ne me comble-t-elle pas en amour ?
Pourquoi est-ce que j’ai l’impression d’être dans un scénario répétitif ?

Peur d’être seul(e). Besoin de l’autre. Est-ce vraiment de l’amour ? Ou est-ce pour combler un vide en moi ? Qu’est-ce que la dépendance affective ? Et comment en sortir ?

Quel que soit notre âge, nous avons tous des besoins à satisfaire. Mais avant tout, nous avons des besoins de base qui doivent être nourris dès notre plus jeune enfance. A défaut, nous serons des adultes avec une carence affective plus tard.

Mais quels sont nos besoins ?
Et comment les combler ?

J’aime reprendre le concept de « l’enfant intérieur », utilisé en développement personnel. Il est fait référence au fait que nous portons tous en nous une part malheureuse, blessée ou joyeuse. Il nous appartient de la reconnaître et de la libérer pour évoluer et nous épanouir.

Nous avons tous en nous cette part qui réclame quelque chose et si elle ne l’a pas, nous amène à un mal-être, une insatisfaction, un mécontentement.

Tout petit, l’enfant a des besoins de base et qui sont essentiels pour lui permettre de grandir. Ce sont les besoins vitaux (manger, dormir, avoir un toit, se sentir en sécurité), des besoins d’éducation et des besoins d’amour.

Avec le temps il aura des besoins qui lui sont propres. L’enfant devenu adulte devra pouvoir exprimer et combler ses besoins. Il devra se prendre en charge tout seul, et arriver à être autonome pour s’occuper de lui.

Le besoin d’amour est un besoin essentiel.

Certaines personnes auront la chance de recevoir une importante dose d’amour dans leur plus tendre enfance, d’autres seront moins gâtés, voire n’en n’auront que très peu ou pas du tout.

L’enfant recherche l’amour de ses parents. Il est dans l’innocence et l’insouciance.

Il ne peut pas les accuser de cette déficience car il a trop besoin d’eux : il a besoin de cet amour pour se construire et vivre. Et cela même s’il est maltraité par ces derniers.

L’amour de l’enfant envers ses parents est un amour immense, inconditionnel. C’est pour lui dans son inconscient « je t’aime même si tu me fais du mal ».

Il est dans l’incapacité de reprocher quoi que ce soit à ses géniteurs. Émotionnellement, puisque c’est trop fort pour lui, il peut refouler ses sentiments pour se protéger et survivre.

Devenu adulte, il prend conscience de ses manques lors de ses relations amoureuses.

Derrière un manque d’amour, il y a un besoin d’amour.

Pour combler ce besoin, l’enfant qui n’a pas eu l’amour attendu de ses parents, se retrouve avec un vide affectif.  Devenu adulte, et n’ayant plus ses parents pour combler son besoin, et lui apporter cet amour, cette nourriture affective, il va aller le chercher dans ses relations amoureuses principalement.

Il a le choix de trouver cet amour en lui-même (amour de soi) ou alors il va le prendre, ou se l’approprier chez les autres (dépendance affective et attachement).

Soit il trouve en lui sa « nourriture intérieure » (l’amour de soi) et devient libre et autonome affectivement. Il comble son vide, et donc il n’a pas « besoin » de l’autre puisqu’il se sent rassuré. Il est satisfait, ressent un bien être, et de la joie. Il a confiance en lui, et il a de l’estime pour lui. Il est heureux, il rayonne et donc il peut donner de l’amour à son tour, et par application de la loi d’attraction, il reçoit.

Ainsi ses besoins sont comblés : il s’aime (besoin d’amour), il s’écoute (besoin d’être entendu), il sait ce dont il a besoin (besoin de dire et d’exprimer), et puisqu’il est heureux, il peut alors rêver, créer, et avoir des envies. Il peut à son tour donner de l’amour depuis un endroit nourri en lui, et non plus depuis un espace de manque.

Ce besoin d’amour, non comblé dans l’enfance, il faut le trouver à l’intérieur de soi. Et ce qu’il faut chercher et trouver enfoui en soi, c’est l’AMOUR DE SOI c’est-à-dire être doux, bon, indulgent, compatissant, envers soi-même et se regarder avec le même regard attendrissant, plein de tendresse et d’amour que ressent une maman envers son nourrisson, sans jugement ni critique, ni sévérité. 

Ainsi, l’enfant devenu adulte, doit remplacer « le regard d’amour du parent envers son enfant » par son propre regard sur lui-même et donc il devient ainsi le parent pour lui-même qui donne l’amour à son enfant intérieur. Comme il n’est plus un bébé physiquement, c’est son enfant intérieur qu’il doit soigner et guérir, c’est-à-dire protéger et veiller à ce que ses besoins soient satisfaits et respectés.

En tant qu’adulte, il doit pouvoir dire ce dont il a envie, exprimer ce qu’il ressent, être entendu, être respecté dans son intimité, pouvoir rêver, et créer.

S’il n’arrive pas à s’aimer suffisamment, il va se tourner vers l’autre et rechercher l’amour à travers une relation amoureuse.

Il prend chez l’autre (extérieur).

La relation amoureuse est faussée, et elle sera basée sur un attachement et une dépendance affective.

Il s’enchainera. Il sera dans l’attente de l’autre qui peut ne rien lui donner. Ou il peut trouver son miroir, un compagnon en état de manque également, c’est l’interdépendance amoureuse.

Il perdra sa liberté d’agir, sa liberté intérieure, son libre arbitre.

Il n’arrivera pas à faire des choix pour lui, ni à être en cohérence avec lui-même, et donc il deviendra insatisfait. Il ne recevra pas d’amour véritable, il sera dépendant de l’autre, et il aura peur de perdre ce qui le nourrit (l’autre).

La joie amène à l’amour, la peur amène à l’attachement.

Ainsi prendre soin de son enfant intérieur, c’est protéger et garantir ses besoins (les besoins propres de l’enfant devenu adulte) en allant chercher l’amour de soi, qui est au plus profond de nous, et à travers cet amour, la part divine présente en nous.

Selon notre histoire personnelle, il peut être plus ou moins difficile d’arriver à l’amour de soi.

Cela demande par exemple de :

  • s’aimer pour celui ou celle que l’on est sans se comparer aux autres, et sans se juger,
  • retrouver sa confiance en soi en explorer ses talents et son potentiel créateur,
  • reconnaitre sa valeur personnelle en développant l’estime de soi (nous sommes tous uniques avec des dons et qualités spécifiques),
  • se sécuriser personnellement en instaurant son cadre intérieur (trouver des repères, poser des limites, oser dire non) et se respecter.

Comment faire concrètement ?

Il convient tout d’abord d’identifier nos besoins et ensuite de regarder comment on peut les prendre en charge. (Voir Article « Quels sont mes besoins ?).

Se faire accompagner par un thérapeute nous permettra de mettre en lumière nos schémas répétitifs et de décortiquer nos mécanismes de fonctionnement. Nous ne pouvons pas aller explorer seuls ce qu’il y a au plus profond de nous-mêmes. Nous avons besoin d’un œil extérieur qui pourra avoir du recul sur notre situation et nous guider dans cette instrospection.

Participer à des stages et ateliers dédiés peut s’avérer être une solution rapide pour apprendre et mettre en pratique dans sa vie quotidienne les exercices proposés. Les stages sont des « mini laboratoires » qui nous offrent l’opportunité d’oser aller vers l’amour de soi, dans un cadre sécurisé et bienveillant.

2 Commentaires

  • BEX
    Posted 13/06/2019 7 h 54 min 0Likes

    Merci pour ces textes toujours intéressants que tu publies !

    • Cathy BRUN
      Posted 13/06/2019 18 h 59 min 0Likes

      Merci beaucoup pour ce retour, et je suis ravie que mes textes soient inspirants :). Bonne lecture pour les suivants 🙂

Laisser un commentaire